ATELIER COURT-MÉTRAGE AUTOUR DES CONTES DE LA NUIT DE MICHEL OCELOT

Travail réalisé par Charlotte Guiot

m

En février, les étudiants de la section française de l’Université de Pune ont été invité à travailler à la réalisation d’un court métrage inspiré du film Les Contes de la Nuit de Michel Ocelot.

Samedi 6 février, les étudiants ont assisté à la projection du film de Michel Ocelot Les Contes de la Nuit. Série de contes tantôt drôles, tantôt tristes, mais toujours emplis de poésie et de douceur, le film est facilement compréhensible pour les apprenants, même projeté en français avec des sous-titres français. Une petite pause avant chaque conte, pour présenter le vocabulaire clé à l’aide d’images, a permis à chacun, même grands débutants, de saisir l’essentiel de chaque histoire et d’en apprécier la saveur.

Après la projection, les apprenants ont pu discuter du film, avant de réfléchir au genre choisi par le réalisateur, le conte, et à la forme adoptée, le théâtre d’ombre. Ils ont ainsi pu distinguer le conte du roman ou de la fable, ou encore discuter du caractère poétique des ombres. En petit groupe, ils ont ensuite été invités à mettre par écrit en quelques lignes un conte indien. L’occasion pour certains de réviser les temps du passé, selon leur niveau. Puis chaque groupe a présenté le conte qu’il avait choisi. Les récits connus de tous ont pris alors une forme nouvelle en changeant de langue, les souvenirs de l’enfance et de la jeunesse sont réinvestis dans le cadre de l’apprentissage d’une autre culture. Certains découvrent des histoires jusque là inconnues, d’autres apportent une petite correction au récit proposé. Finalement l’ensemble des participants a voté pour l’histoire à adapter en court métrage.

C’est un épisode de la mythologie hindoue, l’histoire de Durga, que les apprenants ont choisi. La métamorphose en étoile du petit enfant, prince destiné au trône mais haï de sa belle-mère, a donc été « portée à l’écran » par notre équipe d’animateurs en herbe. Mais il a fallu se rencontrer à plusieurs reprises pour mener à bien le projet. Après cette première journée, les étudiants se sont donc retrouvés pour écrire le « storyboard » de leur court-métrage. Entre débats et hésitation, l’histoire s’écrit petit à petit. Naturellement, des questions propres à la narration apparaissent. Comment introduire clairement l’histoire sans proposer une longue et ennuyeuse présentation ? Peut-on se passer de narrateur et comment ? Sans en prendre réellement conscience, les apprenants se glissent dans la peau d’un auteur ou d’un réalisateur. Ils font l’expérience pratique de l’importance de la réception de l’œuvre. Leur création est influencée, dirigée par la perspective de sa réception future. Dans le cadre d’un cours de théorie littéraire, il pourrait ainsi être possible d’utiliser ce type d’activité en guise d’introduction à des théories plus complexes.

L’écriture du scénario invite également à un travail de la langue. Les plus débutants proposent des idées, cherchent à faire avancer l’histoire. Les plus avancés tentent de trouver la tournure authentiquement française, polissent les dialogues, s’interrogent sur le choix des temps, des modes. Puis viennent les dessins, la peinture. Chacun selon sa préférence s’empare d’un crayon, d’un pinceau ou d’une paire de ciseaux. Petit à petit, les personnages et les décors prennent forme et se glissent devant l’objectif. Une photo puis l’autre, qui misent à la suite esquissent les mouvements et les actions des héros. Une fois la bande-vidéo réalisée, il faut encore enregistrer les dialogues. Les étudiants travaillent leurs intonations, se mettent dans la peau de leur personnage. Finalement, quelques retouches permettent d’ajuster image et son, afin d’obtenir un conte animé et coloré. Le 2 mars, jour de la soirée annuelle de la section française, le film est projeté devant l’ensemble des participants. Les étudiants ont su relever ce défi avec succès !

Les documents nécessaires pour une exploitation en classe:

2 réflexions au sujet de « ATELIER COURT-MÉTRAGE AUTOUR DES CONTES DE LA NUIT DE MICHEL OCELOT »

  1. Ping : Agitox #80, l’actualité FLE nous fait son cinéma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *