Chanson française, réseaux sociaux et apprentissage du FLE

Article écrit par Laurent Elisio Bordier, directeur des cours de l’Alliance Française de Karachi (Pakistan) et précédemment enseignant de FLE en Chine dans différentes Alliances françaises. Retour d’expérience. 

Voici, de mon point de vue, une très belle expérience. Elle a été réalisée pendant deux années consécutives en Chine et intriguera sans aucun doute ceux d’entre-vous qui utilisent la chanson en classe de FLE, s’intéressent à la pédagogie de projet, à l’actionnel et aux possibilités qu’offre dans ce contexte le recours aux réseaux sociaux.

Si on chantait est un projet d’apprentissage du FLE par la chanson initié dans le réseau des Alliances françaises. Au delà d’une découverte de la langue par des chansons déjà existantes, les apprenants ont été impliqués, sollicités, depuis la production des textes à l’enregistrement des compositions en passant par la mise en page des disques. Ces CDs ont ensuite été imprimés et diffusés gratuitement dans le réseau chinois, faisant évidemment état de sa vitalité, de sa créativité en terme d’apprentissage du FLE.

Atelier à l’AF Nankin

Un projet collaboratif donc (plus de 200 apprenants impliqués), dont une grosse partie des productions a été réalisée en résidence numérique grâce à des plateformes dédiées et autres réseaux sociaux: rencontres avec les musiciens français et échange/correction d’ébauches de texte ou de compositions sur un atelier WordPress, répétitions en ligne sur Skype, balise et ateliers d’écriture sur Twitter, le tout organisé par niveaux d’apprentissage (A1 à B2, et quelques classes enfants) préparant ainsi largement une phase en présentiel au cours de laquelle les musiciens ont installé dans chaque structure et au rythme de leur feuille de route (9 Alliances – 1 Institut Confucius) un studio d’enregistrement itinérant.

A l’arrivée, deux très beaux disques, entièrement écrits et interprétés par les apprenants !

si on chantait 2012

Devant l’intérêt des équipes enseignantes et pour tenter d’apporter des solutions aux très nombreuses difficultés rencontrées pour la production écrite dans ce format particulier, il a été décidé de construire également un livret pour accompagner les apprenants et leurs enseignants dans l’écriture de chansons. Ce guide d’une cinquantaine de page, réalisé avec le soutien du Cavilam et de Michel Boiron (inconditionnel, s’il en est, de la chanson en classe de FLE), propose à partir de chaque titre un travail d’écoute et de compréhension des enjeux de langue, puis oriente la classe vers la production d’une nouvelle chanson autour d’actes de paroles spécifiques.

D’abord né dans le cadre des Années croisées linguistiques France-Chine, le projet s’est bien sûr ensuite naturellement intégré aux festivités liés à la francophonie (chansons utilisant la chaine des mots, participation au DVD de la caravane, participation au concours Chansons sans frontières).

Répétitions : prises de son

Nous le relançons cette année au Pakistan, où je suis à présent en poste et où la récente mise en place d’un réseau ning AF Pakistan (Frenchbook) sous l’impulsion de David Cordina et des plateformes indiennes  (Réseaux sociaux apprenants indiens) va nous permettre de centraliser tout le travail de préparation, l’entière résidence numérique sur une seule plateforme.

Pour ceux qui y seront présents, ce projet sera présenté en détail lors du prochain colloque international Perspectives et enjeux de l’enseignement du français en Asie, sur le thème du culturel au service de la langue, organisé par la Société Coréenne d’Enseignement de la langue et de la littérature françaises et la Société japonaise de didactique du français.

Enfin un petit mot de la marraine du projet pourrait finir de vous le présenter :

« Le travail collectif sur un tel projet prend tout son sens car il engendre des situations de communication plus authentiques que celles pratiquées en classe. Là, les apprenants vont écrire un texte pour composer et pour ensuite enregistrer un disque avec des musiciens. L’objectif est pragmatique, sa réalisation met en oeuvre les savoir, les savoirs-faire et savoir-être de chacun et le résultat est palpable et mesurable. Ce réalisme de stituation est un atout très important pour la motivation. » Régine Mérieux (ConnexionsLatitudes)

Quelques liens, vers des articles faisant écho des étapes ou évoquant ses réussites. Pour ceux et celles qui chercheraient à en savoir plus,  je suis bien sûr prêt à échanger, à vous donner plus de détails, vous aider même, si vous souhaitez vous lancer avec vos apprenants dans une telle aventure…

Institut Confucius d’Angers

Chansons sans frontières

Alliance Française de Pékin

Institut français

Ambassade de France en Chine

4 réflexions au sujet de « Chanson française, réseaux sociaux et apprentissage du FLE »

  1. Bonjour Gauthier,

    J’ai effectivement placé des liens qui ne sont plus à jour sur les photos. En voici d’autres :


    – tous les titres (les deux albums) : https://new.myspace.com/studionomade/music/songs

    – une interview d’un des musiciens racontant son expérience sur Radio Chine Internationale : 

    https://soundcloud.com/lestudionomade

    – des images et des vidéos d’atelier (prises de vues smartphones pour la plupart, faute de moyens. un professionnel est prévu sur la prochaine édition!) : 

    http://www.studionomade.org/fr/des_images/des_images.html

    Pour les enseignants qui souhaiteraient tenter l’expérience et découvrir en classe ces chansons, je peux faire un dropbox avec toute la matière : titres, versions karaoké, guide pédagogique et fichiers d’activités TBI.

    Amicalement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*