Dossier : L’Art du Portrait

Dans ce dossier, nous allons aborder l’Art du portrait en 3 points : une proposition de définition transversale du portrait (article d’Etienne Souriau), une histoire du portrait (article de Philippe Arbaïzar) et le portrait dans la littérature (article tiré du site de la Bibliothèque Nationale de France).

I. Définition

Etienne Souriau dans son Vocabulaire d’esthétique propose une définition très complète du portrait :

« Au sens général, représentation d’une personne ; mais la définition du portrait comme concept esthétique appelle quelques précisions.

Dans les arts plastiques
Dans les arts plastiques, on n’emploie pas le terme de portrait pour la sculpture, et pourtant la chose y existe, mais on dit tête, buste ou statue ; portrait se dit pour une œuvre en deux dimensions, peinture ou dessin. Le portrait est donc déjà une interprétation et transcription, donc choix, pour rendre l’apparence extérieure d’une personne, quel que soit le degré de réalisme. Bien qu’uniquement visuel, le portrait peut rendre très sensible la personnalité intérieure du modèle, par de nombreux indices tels que la pose, l’expression de la physionomie, etc.

En littérature
En littérature, le portrait est une description, il donne donc en ordre successif ce que la vue représente simultanément, et la réflexion littéraire a été très sensible dès les théories médiévales, à cette particularité et à l’importance de l’ordre adopté. Le portrait littéraire peut indiquer directement les aspects non visibles de la personne, par exemple donner ses caractéristiques psychologiques. Enfin, il ne faut pas négliger l’existence du portrait musical, qui ne peut rien montrer des traits ou du signalement du modèle, mais qui peut par des analogies dans l’agogique, le rythme, l’harmonie, évoquer l’allure de la personne, son genre de dynamisme d’action ou de pensée, l’accord ou le désaccord intérieur de son psychisme ; ce n’est ni une représentation ni une description mais une évocation.

Une personne réelle ou quelqu’un de fictif
Le fait que le modèle soit une personne réelle ou quelqu’un de fictif n’a aucune importance pour les procédés employés par l’art pour le faire connaître ; mais il en a pour le travail demandé à l’artiste. Le portrait d’une personne réelle demande à l’artiste d’être observateur et même psychologue pour pénétrer la personnalité du modèle. Le portrait d’une personne fictive lui demande une imagination très précise et complète ; et bien souvent les portraits fictifs prennent appui sur l’observation de modèles réels.

Un intérêt pour l’individuel
Le genre du portrait, dans quelque art que ce soit, témoigne d’un intérêt pour l’individuel ; ce n’est pas seulement l’être humain en général, ou tel type de toute une espèce, que rend le portraitiste ; c’est telle personne en tant qu’elle est elle-même (et ceci, même si au travers de l’individu transparaît une idée de portée générale : le portrait ne s’y réduit pas). Ce caractère existe aussi bien dans le portrait œuvre autonome, que dans le portrait morceau d’une œuvre plus large ; si un romancier fait au passage le portrait d’un de ses personnages, si dans une scène à plusieurs personnages la représentation de chacun par le peintre est un portrait, c’est bien l’individu en tant que tel qui y apparaît. Dans la numismatique, il est arrivé souvent que l’on prête une sorte de physionomie symbolique à valeur générique, et non pas ses traits propres, à tel personnage figurant sur une monnaie ; ce n’est donc pas alors un portrait.

Mais les idées de l’époque sur un idéal esthétique humain transparaissent souvent dans le portrait, surtout quand le modèle veut y paraître beau et que le peintre ou l’écrivain le flatte. On voit aussi certains types génériques d’époque chez les portraitistes mondains.

L’autoportrait
Enfin il faut faire une place à part à l’autoportrait où l’artiste se représente lui-même. Il présente l’avantage pratique qu’on a toujours sous la main son modèle et qu’on ne dépend pas ainsi des autres ; il a l’inconvénient pratique qu’à se voir dans un miroir on a de soi une image inversée ; il a la difficulté psychique qu’on y est trop directement intéressé pour se voir facilement de manière impartiale. L’autoportrait, surtout quand il est fréquent chez un artiste, est un témoignage du genre d’intérêt qu’on se porte à soi-même. Mais qu’on fasse son propre portrait ou celui d’un autre, le portrait marque toujours qu’on attribue une importance à l’haeccéité du moi, à l’identité personnelle. »

Définition du portrait in Etienne SOURIAU, Vocabulaire d’esthétique, Paris : P.U.F., 1990, pp.1161-1162.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*