Enquête sur les pratiques enseignantes dans un réseau social dédié.

Université Stendhal Grenoble

Université Stendhal

Article initialement écrit sur mon portfolio.
L’enquête porte sur les pratiques enseignantes du réseau apprenant Mumbaikar in French et a été menée par une étudiante de Master 1 Didactique du FLE de l’Université de Stendhal – dans le cadre des unités d’enseignement du master dirigé par Thierry Soubrié. Claire Ruhier a voulu questionner la communauté étudiante et enseignante.
Je reviens dans cet article sur les résultats chez les enseignants.

Voici quuelques éléments de réponse:
25 enseignants ont répondu à l’enquête (à savoir 60% des enseignants de l’Alliance Française de Bombay), nous obtenons les résultats suivants.

  • La fréquentation

Vous participez au site Mumbaikar in French :
1. parfois : au moins une fois tous les quinze jours. 44%
2. très souvent : tous les jours. 25%
3. souvent : au moins une fois par semaine. 22%
4. rarement : une fois par mois. 7%
5. Jamais. 0%
La moitié donc des enseignants interrogés vont régulièrement (tous les jours ou une fois par semaine) sur le site. Le taux de pénétration du réseau social chez les enseignants a atteint ses objectifs. L’outil est intégré à leurs pratiques de classes. Du côté apprenant, les statistiques de Google Analytics nous donnent des chiffres de 350 visites par jour avec 5 minutes en moyenne de temps de visite.

En quoi consiste votre participation sur le site ?
1. Vous corrigez les productions publiées par les apprenants. 73%
2. Vous animez un groupe en ligne qui correspond à votre groupe classe en présentiel. 57%
3. Vous communiquez de manière informelle avec les apprenants de l’Alliance Française. 52%
4. Vous échangez expériences et ressources didactiques avec d’autres enseignants de l’Alliance Française. 26%
5. Autres réponses > je lis les discussions/reponses des membres. 5%
6. Vous communiquez avec les internautes francophones du monde entier. 5%

  • Les représentations

Selon vous Mumbaikar in French représente-t-il une communauté d’apprentissage ?
1. Oui 80%
2. Autres réponses 15%
3. C’est plus qu’une communauté d’apprentissage, c’est …. (merci de compléter ci-dessous « Autre réponse ») 5%
4. Non 0%
> aussi un partage de cultures, un enrichissement (1 vote)
> c’est un excellent outil de mieux ecrire (1 vote)
> un outil de communiquer ses idées et ses opinions! (1 vote)

  • La diffusion

Parlez-vous du réseau social Mumbaikar in French lors de vos cours à l’Alliance Française ?
1. Oui, je parle régulièrement du site avec mes élèves. 52%
2. Oui, je parle de temps en temps du site avec mes élèves. 42%
3. Oui, mes élèves me parlent régulièrement du site (leur initiative). 21%
4. Autres réponses 5%
5. Oui, mes élèves me parlent parfois du site (leur initiative). 5%
. Non, nous ne parlons pas du site pendant les cours.

5 réflexions au sujet de « Enquête sur les pratiques enseignantes dans un réseau social dédié. »

  1. …Merci Mayuri.

    J’ai déjà plusieurs enquêtes sur les apprenants : depuis 2007, je ne me suis intéressé qu’à eux. Plusieurs masters 1 et 2 ont été réalisés à ce sujet. Je peux vous donner le lien d’une première enquête faire en 2008 sur le premier réseau social que j’avais créé dont le fonctionnement est le même que ceux des AF en Inde : http://davidcordina.free.fr/?p=185 et il y a aussi la majorité des articles de mon blog qui traite des communautés apprenantes. 

  2. J’avais étudié très rapidement cette situation à Lille en M1 en cours de multimédia et appropriation des langues. Et c’est vrai que c’est très intéressant !

    Cette façon de travailler est vraiment à développer mais la tâche semble tellement ardue que ça effraie un peu.

  3. Sans doute c’est une enquête très intéressante qui expose clairement les résultats
     de l’engagement des apprenants et de
    leurs enseignants dédiés. L’idée d’encourager fortement les apprenants à s’exprimer
     par écrit en français para
    ît fonctionner
    à merveille à travers ce site. C’est ce que révèle l’enquête en plus de montrer l’investissement
    mutuel des deux intervenants du site. L’idée derrière la création du réseau est fort motivante, je voudrais bien en avoir un comme celui-ci dans ma ville francophone,
    un « Pondichérykar » !?

  4. @misterchuette, non, il ne faut pas avoir peur. Ce n’est pas si difficile 🙂 
    Je vois la référence à Lille 🙂 Et oui, j’ai travaillé 5 ans pour le CUEEP de l’Université de Lille1 et ai passé parfois pour des formations ou des séances pour Lille3 (cours de Martine Eisenbeis et d’Antoine B.). J’avais crée Foreigners in Lille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *