Flipped classroom technique : faire la classe à l’envers

Flipped classroom

Flipped classroom

Comme suggère le titre, la flipped classroom s’apparente à une approche pédagogique à l’envers. Les contenus de cours sont livrés au moyen de ressources en ligne, le plus souvent des capsules vidéos. L’étudiant suit sa propre vitesse à apprendre grâce à ces outils à la maison. Par contre, le temps de classe est utilisé à faire des projets d’équipe, à échanger avec l’enseignant ou entre pairs, ou bien à faire d’autres exercices pratiques de collaboration. Cette technique rend plus actif un étudiant en classe que dans une approche tradionnelle puisqu’il doit participer, s’impliquer, expérimenter, partager en classe toutes ses connaissances qu’il apprend individuellement.

Origine
En 2007, deux professeurs de chimie Jonathan Bergmann et Aaron Sams (enseignants à Woodland Park High School au Colorado), ont rencontré un problème qui s’augmentait de jour en jour. L’absentéisme. Face à ce problème, ils ont décidé de filmer leurs cours et de les mettre en ligne. A leur surprise, tous les élèves (même ceux qui étaient présents en classe) ont consulté les capsules en ligne. Les retours en classe étaient plus dynamiques, les élèves partageaient davantage leurs impressions et leur compréhension du matériel visionné. D’où la création de vodcasts (contraction des mots vidéo et podcast; en français «balado vidéo», selon l’Office québécois de la langue française)

En automne 2010, l’appellation flipped classroom est vraiment née. L’auteur britannique Daniel Pink, utilise pour la première fois la formule Fisch flip dans un article du Telegraph en parlant de la manière d’enseigner de Karl Fisch, formateur en mathématiques et blogueur : «Lectures at night, “homework” during the day. Call it the Fisch Flip».
Aujourd’hui, Salman Khan, fondateur de la Khan Academy utilise ses vidéos éducatives pour «inverser les classes».

Réactions critiques
Ces pratiques développent l’autonomie et permettent une progression individualisée des étudiants grâce à des vidéos disponibles pour des consultations quand ils les veulent, où ils les veulent et autant de fois qu’ils les veulent.
Cela développe également les échanges et les dialogues entre enseignant-apprenant, apprenant-apprenant, apprenant-expert externe possibles.

Des réserves aussi
Il faut une connexion internet haute vitesse. Une mauvaise présentation peut empirer la capacité d’apprentissage de l’étudiant. Il faut donc des séquences de cours attirantes, stimulantes, fortement articulées, qui donnent envie d’apprendre.
Aux Etats-Unis, cette pratique est très appréciée pour les mathématiques et les sciences.
À voir pour les autres matières, telle qu’une langue étrangère.

Source : www. usherbrooke.ca

                cursus.edu 

4 réflexions au sujet de « Flipped classroom technique : faire la classe à l’envers »

  1. Merci Mayuri de nous faire partager cet article.
    J’apprécie la dernière remarque sur la pédagogie des langues qui est à part de ce dispositif.

    Il n’y a rien de nouveau en fait dans cette approche : beaucoup d’universités ou instituts offrent déjà leurs cours ou polycopiés au début des semestres (notamment en Belgique). Les travaux pratiques servent alors à proposer de nouvelles tâches. Le cours n’est plus transmissif mais se prête à d’autres activités de classe.

    Ce que nous faisons déjà beaucoup en langue : notre contenu linguistique est sans cesse repris, répété, revu. Nous multiplions les approches pour faire produire nos étudiants : travail individualisé, de groupe, approche ludique, approche socio-constructiviste où les étudiants sont dans des projets concrets, approche actionnelle encore, dans des dispositifs de présentiel enrichi (le cours se poursuit en ligne sur nos réseaux et blogs…).

    Notre matière nous impose déjà à être innovant dans nos approches et notre contenu partagé par tous (la langue) n’est pas réservé et transcrit et protégé sur des cahiers, vidéos, ou autres… (comme ce peut être le cas avec les sciences ou les mathématiques.)

  2. Merci Mayuri! Oui,  comme tu as dit c’est vraiment efficace mais nécessite un  travail énorme et des dispositifs pour éffectuer le travail visé.

    Merci encore pour me conseiller le groupe  de M. Cordina. C’est trés utile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*