Jeu sérieux et progression pédagogique

Mumbai Serious Gaming FLE

L’expérimentation des jeux sérieux se poursuit à l’Alliance française de Bombay.

Après les centres de Cuffe Parade et de Churgate, au sud de la ville, qui se sont récemment vus équipés de stations de jeu sérieux, c’est au centre de Santacruz, plus au nord, de se lancer dans l’aventure.

A l’heure où l’Institut Français de Paris vient d’accorder second un plan d’aménagement médiathèque (PAM), cette fois pour l’extension de ce projet à l’ensemble des médiathèques du réseau des Alliances en Inde et au Népal , il est important pour l’équipe enseignante de l’AFB de continuer à explorer les possibles de cet outil particulièrement prometteur!

Séance Serious Gaming dans la médiathèque du centre de Churchgate

Séance Serious Gaming dans la médiathèque du centre de Churchgate

Le jeu sérieux dans la progression de classe

L’installation des premiers jeux sérieux au centre de Cuffe Parade semble avoir soulevé autant d’enthousiasme chez les apprenants que chez les professeurs. Dans une salle entièrement dédiée à cette expérience, les apprenants ont créé des avatars et les ont conduits dans un environnement virtuellement francophone, l’autonomie de l’apprenant-joueur étant au cœur de cette démarche pédagogique. Les contraintes spatiales du centre de Santacruz et sa forte fréquentation ne permettent pas pour le moment de lui réserver un espace ou un temps spécifique. C’est donc la médiathèque qui se déplace en classe, pendant le cours, et l’enjeu de cette nouvelle expérience a été de trouver la place du jeu dans la progression.

IMG_5688

Pôle jeux sérieux sur le centre de Cuffe Parade

Introduire le jeu dès les premières séquences

L’arrivée des Sims, le jeu qui est utilisé pour cette expérimentation, s’est accompagnée d’un changement de manuel et les deux sont venus conjointement bousculer nos habitudes en termes de progression, particulièrement pour les niveaux débutants. La méthode choisie par les Alliances françaises du réseau Inde Népal propose en effet certains choix pédagogiques novateurs qui s’adaptent particulièrement à l’utilisation des Sims : dès les premières unités apparaissent des actes de paroles comme la description des personnes et la présentation du logement, habituellement relégués à la fin des manuels de A1. Ces changements ont fourni l’occasion d’introduire le jeu dès les vingt premières heures de cours. L’avatar et son lieu de vie deviennent une sorte de mascotte vivante de la classe, les apprenants peuvent créer des personnages qui leur ressemblent et enrichir leurs tenues comme leur environnement en même temps qu’ils enrichissent leur vocabulaire.

Séance en classe dans le centre de Santacruz : un avatar qui nous ressemble!

De la description à la narration

Le Sim est alors prêt à entrer en contact avec son environnement : avoir des activités de loisirs, sortir, rencontrer des amis, à l’image des apprenants qui deviennent capables d’accomplir ces tâches. Chaque semaine, les actes de paroles sont mis en pratique dans des sessions de jeu. Après les compétences descriptives, ce sont les compétences narratives qui vont rentrer en jeu, avec l’aide d’autres outils TICE dont dispose l’Alliance française de Bombay. La plateforme ning, « Mumbaikar in french » fournit un espace commun pour noter l’évolution dans la vie du personnage, éventuellement en dehors de la classe, avec correction « en direct » des enseignants.

De la description à la narration, extrait d'un journal de bord d'apprenant

Extrait d’un journal de bord d’apprenant

Le jeu sérieux : une voie vers les pédagogies différenciées ? 

Bien sûr ce type d’exploitation d’un jeu dans la classe pose déjà de nombreuses questions auxquelles chacun tente de trouver ses réponses. La principale difficulté est d’abord pragmatique : la taille des groupes. Comment jouer sur un poste avec une classe de vingt ou vingt-cinq élèves ? Les professeurs y répondent de diverses façons, chacun propose son activité pour rendre l’ensemble du groupe actif. Certains y voient une bonne méthode pour introduire la pédagogie différenciée dans la classe, le temps de jeu d’un groupe peut-être un temps de révision des problèmes de la semaine pour une partie de la classe pendant qu’un dernier groupe passe à la narration de sa séquence de jeu.

Après les Sims ?

Cette expérience est le premier contact de l’équipe de Santacruz avec le jeu sérieux et pour conserver l’enthousiasme de la découverte, il est aujourd’hui nécessaire de multiplier les supports de jeu et les expériences en particulier pour les niveaux plus avancés. Certains enseignants tournent déjà le regard vers d’autres jeux …

Vincent ROBIN

Responsable du centre de Santacruz

Alliance Française de Bombay

2 réflexions au sujet de « Jeu sérieux et progression pédagogique »

  1. Ping : Agitox #73, la pêche à l’actualité FLE

  2. Ping : Jeux sérieux : formation des médiathécaires à Delhi : AF Magazine India Nepal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *