L’atelier d’improvisation

 

Ces ateliers de théâtre étaient ouverts à tous les niveaux. Cela a été un vrai défi et cette contrainte a permis de mener des ateliers plus productifs, en particulier pour l’atelier d’improvisation.

Cet atelier a pris la forme d’un concours où se sont « affrontées » quatre équipes mixtes débutants (A1) – avancés (A2 et plus). Il y avait au total 20 participants. 

L’échauffement corporel et vocal (essentiel pour dynamiser les étudiants)

Il n’est pas nécessaire de faire faire des choses compliquées aux étudiants. Il est bien d’échauffer chaque partie du corps comme cela peut se faire avant de courir ou en gymnastique (réveiller toutes les parties du corps – et cela permet de revoir le vocabulaire corporel !).

Pour la voix, des exercices de respiration (type Pranayama / respiration lente / inspiration par le nez et expiration par la bouche / … ) et d’articulation suffisent. Par exemple, vous pouvez faire dire des vire-langues aux étudiants.

 Exemples de vire-langues :

  • Les chaussettes de l’archiduchesse sont-elles sèches, archi-sèches ?
  • Fruits frais fruits frits, fruits cuits fruits crus
  • Trois petites truites cuites, trois petites truites crues
  • Je veux et j’exige d’exquises excuses
  • Allons chez Serge, si sage et si chaste

Vous pouvez aussi travailler le volume de la voix. Par exemple : BA BE BI BO BU murmuré, puis progressivement crié. Attention toutefois à ce que les étudiants ne se fassent pas mal. Parler fort/crier est possible si la voix part du ventre et non de la gorge. Il faut inviter les étudiants à pousser les abdominaux pour parler plus fort.

Si vous avez l’intention de faire un petit spectacle, entraînez les étudiants à parler fort dès le début. Sinon, lors de la représentation, le volume sonore sera insuffisant.

La préparation

Le groupe «débutant» de chaque équipe prépare une scène de film « Bollywood » muette.

Pendant ce temps, le groupe «avancés» de chaque équipe pioche trois mots, avec lesquels il prépare une scène :

  • un lieu : sur un balcon, dans un embouteillage, dans une cachette secrète, etc.
  • un objet : un collier de perles, un croissant, la lune, etc.
  • une contrainte : par exemple : une chanson obligatoire dans la scène; les garçons jouent des rôles de fille et inversement ; une danse obligatoire ; une animalisation, etc.

Le déroulement

  • Les débutants présentent leur scène muette. Les groupes «avancés» rivaux doivent deviner le film. Le premier groupe «avancés» qui a deviné rejoue la scène en rajoutant les dialogues en français.
  • Les «avancés» présentent leur scène (dialogues en français). Les groupes «débutants» doivent essayer de comprendre la scène puis de pouvoir l’expliquer. En bonus, pour départager les équipes, ils peuvent essayer de deviner les trois mots tirés au sort.

La finale

Les deux équipes mixtes ayant gagné le plus de points préparent une ultime scène à partir des contraintes suivantes qu’ils tirent au sort :

  • Quatre phrases obligatoires et uniques à dire : «ça va ?» / «je suis fatigué» / «j’ai peur» / «t’es fou !»
  • Un thème «à la manière … » : d’un conte de fées / d’un dessin animé / d’un film d’action, etc.

Atelier improvisation Pune

Une réflexion au sujet de « L’atelier d’improvisation »

  1. Ping : Théâtre – Tentez l’expérience avec vos apprenants de français | La salle des profs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *