Le cinéma indien représenté à Cannes

 
Facebook – Veillcel Pek

Loin de s’inscrire dans un style bollywoodien et traditionnel, ce sont trois films indépendants indiens qui ont été sélectionnés au Festival de Cannes dans les principales sélections.
Article écrit par Déborah Benattar, attaché audiovisuel de l’Institut français en Inde. 

Le réalisateur, scénariste et producteur indien Ashim Ahluwalia, dont le film documentaire John & Jane avait été présenté en première mondiale à Toronto en 2005, sera présent en sélection officielle « Un Certain Regard » avec son premier long-métrage de fiction Miss Lovely.
Producteur, scénariste et réalisateur, Anurag Kashyap, personnalité importante du cinéma indien sera cette année doublement présent sur la Croisette, d’une part avec son polar Gangs of Wasseypur  en compétition à La Quinzaine des réalisateurs, d’autre part pour le film Peddlers de Vasan Bala, qu’il a produit, et qui est sélectionné en compétition de La Semaine de la Critique. Anurag Kashyap est considéré comme l’un des chefs de file du renouveau du cinéma hindi. . Udaan, écrit et produit par ce dernier, avait été sélectionné dans la section Un Certain Regard en 2010. De même, le projet indien The Untold Tale du réalisateur Shivajee Chandrabushan est l’un des quinze projets retenus pour l’Atelier de la Cinéfondation.
A l’invitation du CNC (Centre national de Cinématographie), deux jeunes producteurs indiens particulièrement actifs participeront au Producers Network : la productrice Guneet Monga, travaillant aux côtés d’Anurag Kashyap (Anurag Kashuap Films) et le réalisateur/producteur Onir (Anticlock Films) récemment distingué du National Film Award (équivalent des Césars) pour son film I AM.
A noter également que le jeune réalisateur Bikas Mishra, fondateur et rédacteur en chef de DearCinema.com sera l’un des 4 membres du «Jury Révélation France 4» de la Semaine de la critique, nouveau prix qui entend refléter la passion et l’enthousiasme de jeunes cinéphiles pour les nouveaux talents du cinéma.

La sélection de ces trois films au Festival de Cannes témoigne de la vitalité étonnante de la production cinématographique indépendante indienne, malgré qu’elle soit encore méconnue du public international et qu’il existe peu de soutien public local. A noter qu’un nouveau mode de financement des longs-métrages appelé « crowdfunding » est en développement en Inde et plus particulièrement dans la capitale économique de Bombay puisque plusieurs réalisateurs-producteurs comme Onir et Anurag Kashyap ont financé leur film (I AM, Peddlers) par les réseaux sociaux.

Pour plus d’information : http://www.festival-cannes.fr/

Source : http://afmagazine.in/home/?p=2899

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *