Les mathématiques : passerelle entre l’Inde et la France

André Weil

André Weil

Le saviez-vous ? André Weil, un des plus grands mathématiciens du XXème siècle, a débuté sa carrière de professeur en Inde.

André Weil fut l’un des fondateurs du groupe Bourbaki qui a tenté une synthèse des différentes branches de la mathématique devenus presque indépendants en raison de l’extrême spécialisation de la recherche moderne. Les travaux du groupe Bourbaki ont considérablement influencé l’évolution de la mathématique.

Son arrivée en 1930 à l’Université musulmane d’Aligarh marque le début d’une relation entre les mathématiciens français et les mathématiciens indiens. Entre 1930 et 1933, il développe ses principes théoriques et côtoie des mathématiciens tels que T. Vijayaraghavan, D. Kosambi et S. Chowla avec qui il contribue au renouveau des mathématiques indiennes.

 

André Weil 2

André Weil

En 1931, dans un rapport à l’Indian Mathematical Society, André Weil affirme que le potentiel intellectuel de l’Inde est « illimité ». Il est convaincu que l’Inde prendra une place de choix dans la communauté mathématique internationale. Selon Laurent Lafforgue, André Weil, « animé d’une curiosité intellectuelle insatiable, s’intéressait aussi aux grands textes spirituels et mystiques, ceux de la Grèce – il emmenait partout un exemplaire d’Homère – et plus encore ceux de l’Inde qu’il était devenu capable de déchiffrer en sanscrit, et qui l’incitèrent à passer deux années comme professeur dans une université de l’Inde britannique, entre 24 et 26 ans. »

 

André Weil s’intéresse aussi à la situation contemporaine, et l’on dit qu’il rencontra durant son séjour en Inde, Gandhi et Nehru (cette information se trouve dans le livre de sa fille « Chez les Weil » )

Après André Weil, c’est au tour du Père Racine, missionnaire jésuite en Inde à partir de 1937, de continuer la coopération franco-indienne en mathématiques. Il enseigne d’abord les mathématiques au Collège St Joseph de Tiruchirappally (Tamil Nadu) puis à partir de 1939 au Collège de Loyola (Madras). Le Père Racine et son collègue indien Vaidyanathaswamy s’attèlent à la promotion les mathématiques modernes en Inde.

André Weil et le Père Racine ont contribué à la naissance de la coopération indo-française en mathématiques, toujours très active.

À l’heure actuelle, de nombreux programmes y contribuent, notamment :

  • Le centre franco-indien pour la promotion de la recherche avancée (CEFIPRA).
  • Les accords interuniversitaires.
  • L’accord entre le Chennai Mathematical Institute et l’ENS de la rue d’Ulm.
  • L’accord entre le CNRS et le National Board for Higher Mathematics (NBHM).
  • Échanges franco-indiens sur le calcul scientifique pour la mécanique et l’ingénierie, entre le Laboratoire d’Analyse Numérique de Paris VI, l’INRIA-Rocquencourt en France, l’ISSc de Bangalore, le TIFR de Bangalore et l’IIT de Delhi.

En savoir plus :

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *