L’Inde francophone à Québec

Le Forum Mondial de la Langue Française invite plusieurs acteurs indiens de la francophonie indienne. Rencontres avec Mme Dr. Chitra Krishan, chef du département de français et des langues étrangères de l’Université de Madras à Chennai et Shruti Sachdeva, étudiante de l’Université de New Delhi. V

Forum Mondial de Langue Française

Mme Krishan a un rapport privilégié avec le Québec. Invitée par les autorités consulaires québécoises, elle revient cette année, dans ce pays où déjà, en 1999, dotée d’une bourse d’études, elle était venue mener des recherches sur les écrivains québécois à l’Université du Québec à Montréal. Sa thèse a porté sur les figures féminines dans les romans québécois et indiens de langue anglaise.

Dr Chitra Krishnan à Québec

C’est grâce au SICI, Shastri Indo Canadian Institute que ces visites ont pu se dérouler. Cet institut basé à New Delhi a pour but d’améliorer la qualité de vie des peuples du Canada et de l’Inde en renforçant des liens intellectuels et culturels par le biais de la recherche, du dialogue et de l‘échange. Depuis les années 90, l’institut développe les études canadiennes en Inde par des dons de livres ou par l’organisation de visites de professeurs en Inde et au Québec.

Cette année, elle apprécie sa visite au Forum par le fait que la programmation s’ouvre aux domaines économique, culturel ou artistique qui la changent des colloques universitaires de spécialistes. Auteure d’une nouvelle méthode de langue française pour les jeunes adultes (Le Tramway volant aux éditions Langers) , elle apprécie la jeunesse de ce Forum où des centaines de jeunes internationaux ont été invités pour témoigner de leur amour de la langue française et pour animer le Forum. « J’ai passé 30 ans à me consacrer à la défense de la langue française. C’est formidable de voir cette vitalité. On a l’impression de passer le relais aux jeunes générations. »

A travers toute la planète, le Forum a invité de très nombreux étudiants en langue française. Pas seulement des pays appartenant à l’Organisation Internationale de la Francophonie, mais également des autres pays francophiles où la langue française est enseignée.  Shruti Sachdeva en est un bon exemple.

Shruti Sachdeva

Il y a sept ans, durant ses études en journalisme, Shruti découvre la langue française. Passionnée, elle a voulu continuer et perfectionner sa connaissance de la langue française. C’est à l’Alliance Française de Delhi qu’elle se perfectionne et atteint le niveau avancé C1.
A l’Université de New Delhi, Shruti Sachdeva suit un master de littérature francophone et de traduction. A la proposition de ses enseignants, elle postule pour faire partie des étudiants invités à Québec. Elle profite de l’ouverture internationale du Forum pour aller à la rencontre d’écrivains, de chercheurs, d’enseignants de littérature francophone pour trouver un sujet de recherche dans le cadre de ses études.
Le Forum lui a permis également dans le cadre du Festival d’été de Québec d’assister à de nombreux concerts : une très belle expérience qui ouvre des horizons…

Babusha Verma, jeune chercheuse en littérature francophone, a vécu intensément le Forum Mondial de la Langue Française tout comme David Cordina, directeur des cours de l’Alliance Française de Bombay. Témoignages. 

Babusha, racontez-nous votre rapport avec la langue française. Quelle est l’origine de votre francophonie ?
J’avais toujours eu envie d’apprendre une langue étrangère et, passionnée par la lecture de romans, j’ai découvert la littérature française et francophone qui m’a beaucoup intéressée. Alors, j’ai passé ma licence en littérature anglaise et en langue et littérature française à Jesus et Mary College de l’Université de Delhi. J’ai atteint de plus le niveau C1 à l’Alliance Française de Delhi quand j’ai fini ma maîtrise en littérature anglaise. Diplômée également en professorat de français langue étrangère à l’Université de Delhi, je poursuis actuellement un doctorat en littérature francophone d’Afrique subsaharienne à l’Université de Delhi. Pour mieux orienter ma recherche doctorale, j’ai passé un semestre d’études à Université Paul-Valéry Montpellier 3 en France. J’enseigne également la langue et la littérature française et francophone comme University Teaching Assistant à l’Université de Delhi.

Babusha Verma

Comment avez-vous été sélectionnée pour le forum?
L’Université de Delhi appartient à l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) qui est un partenaire du Forum. Suite à l’appel à candidature lancé par l’AUF, pour les universités membres, j’ai postulé pour participer au Forum mondial de la langue française. Ainsi, après trois mois, j’ai reçu la lettre de confirmation de participation au Forum où l’AUF et le Forum ont pris en charge mon séjour. Nous étions 30 jeunes francophones (dont cinq jeunes de la région Asie-Pacifique) à avoir été invité par l’AUF http://www.auf.org/actualites/forum-mondial-de-la-langue-francaise-5-representan/

De plus, j’ai reçu une invitation de M. Michel Audet, le directeur du Forum, pour intervenir brièvement à la conférence d’ouverture sur «Les défis des grands espaces linguistiques : convergences et divergences». Mon intervention portait sur l’espace linguistique en Inde avec deux langues officielles et 22 langues régionales officielles et en même temps l’importance de la langue française qui est la première langue étrangère enseignée en Inde.

Grand Corps Malade sur scène

Comment avez-vous apprécié cette semaine à Québec ? et notamment votre participation au vidéo-clip et à la prestation sur la grande scène avec Grand Corps Malade lors de l’ouverture du Festival d’été de Québec.
C’était mon premier séjour au Canada et il faut dire que ce fut une expérience inoubliable. J’ai pu rencontrer des gens venant de tous les continents, de différentes cultures, et de différents domaines de travail et d’intérêt mais qui partagent la même langue : le français. J’ai rencontré des spécialistes de la littérature francophone d’Afrique subsaharienne et aussi des doctorantes faisant des recherches dans différentes domaines. J’ai eu grand plaisir à écouter les conférenciers Henri Lopes et Bernard Magnier.
Enfin, j’ai eu la chance de participer avec douze autres invités au tournage d’un video-clip et à la prestation sur la grande scène à l’occasion de la cérémonie d’ouverture du Festival d’été de Québec, le vendredi 5 juillet au soir. J’ai accompagné le chanteur-slammeur français Grand Corps Malade avec son titre « Je te présente ta famille. »

David Cordina, directeur pédagogique français de l’Alliance Française de Bombay mais représentant la francophonie numérique indienne est intervenu à deux reprises pour le Forum et a suivi de nombreuses conférences (en prises de note twitter – avec la balise #FMLF2012). En conférence sur la dynamique du français dans le monde et notamment sur les continents asiatique et sud-américain, il a pu comparer la situation en Chine et en Inde. La demande de français augmente chez les étudiants pour des raisons différentes (académiques pour l’entrée dans les meilleures universités en Chine, avec une mobilité étudiante importante vers la France, goût pour la culture et la langue et intérêt professionnel pour une nouvelle langue de travail pour les indiens)

Table-ronde conférence à Québec

De plus, spécialiste des pratiques numériques, sa deuxième intervention portait sur l’apport des technologies pour l’enseignement de la langue française.  « L’intérêt de ce genre de grande manifestation, déclare-t-il, ce sont les rencontres multiples que l’on peut faire. J’ai réellement apprécié l’accueil des québécois de la ville de Québec, belle ville historique et riche en culture. J’ai eu la chance également de mettre des visages sur des comptes twitter et des blogs d’éducateurs québecois très actifs que je suis et dont je m’inspire depuis longtemps pour mon travail numérique en Inde. »

 

 

Plus aller plus loin :
L’AUF a interviewé quelques jeunes chercheurs sur leur intérêt de participer au Forum.
L’interview est disponible ici.
Blog de David Cordina 

Une réflexion au sujet de « L’Inde francophone à Québec »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *