Nous avons rencontré Jean-Noël Orengo…

Le 15 septembre dernier, les étudiants de Master 1 et 2 du département de français de l’Université de Pondichéry ont eu l’opportunité de rencontrer Jean-Noël Orengo, auteur de La Fleur du Capital, son premier roman pour lequel il a reçu de nombreux prix littéraires dont le Prix de Flore en novembre 2015.

9782246852537-001-x

 

La rencontre s’est jouée à domicile pour les étudiants de français puisqu’après une visite guidée du majestueux campus, l’écrivain a été chaleureusement accueilli dans l’un des auditoriums du Département de français, par sa directrice Mme Nalini Thampi qui lui a remis le traditionnel shawl. Dans les tribunes, la centaine d’étudiants de Master, ainsi qu’une dizaine de doctorants et de professeurs ont participé à la rencontre et se sont penchés sur le travail de construction de ce premier roman ainsi que sur les nombreux voyages de l’auteur en Asie du Sud et du Sud-est.

« J’ai aimé qu’il partage son regard d’écrivain étranger », nous confie l’une des étudiantes de deuxième année. Et pourtant, Jean-Noël Orengo signe un ouvrage de près de 800 pages dont le sujet n’est pas tellement évident : la vie des prostituées et des clients de la ville de Pattaya en Thaïlande, connue pour son important tourisme sexuel. Pour préparer la rencontre, les étudiants de première et de deuxième année ont étudié le contexte d’écriture et la structure théâtralisée du roman. Divisé en cinq actes de cinq scènes chacun, comportant des entractes et bâti sur l’idée de Theatrum Mundi, il possède également une dimension polyphonique, à travers la prise de parole des ses cinq personnages (quatre Français et une Thaïlandaise). Par l’étude des premières pages du roman, les étudiants ont également fait connaissance avec le style et une écriture accessible avant de rencontrer son auteur.

img_20160915_141842147-2Pour la quasi-totalité des étudiants, il s’agissait là d’« une nouvelle expérience » pour laquelle ils se sont tous accordés à dire qu’elle était « très intéressante ». Heureux des « réponses complètes » apportées par l’auteur, qui a confié lui-même avoir été agréablement surpris par les nombreuses questions de l’auditoire et de l’intérêt suscité par son œuvre, les étudiants ont dû mettre fin à leur interrogatoire au bout d’1h30 de discussions animées. En espérant que cet échange ait permis de nourrir l’écrivain, alors en résidence à l’Alliance française de Pondichéry grâce à au programme Hors les murs Stendhal de l’Institut français, autant qu’elle a permis aux étudiants du Département de français d’être concrètement connectés à la langue et à la culture française, nous conservons un excellent souvenir de cette rencontre qui s’annonce, souhaitons-le, comme la première d’une longue série.

Valentine Protte, Tutrice de FLE à l’Université de Pondichéry

Pour aller plus loin : http://www.grasset.fr/la-fleur-du-capital-9782246852537

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *