Pourquoi le cochon fouille la terre (conte nigérien)

L’amitié qui unit le cochon et la tortue est bien connue dans le village. On les voit toujours ensemble, en promenade dans la forêt ou au marché. Souvent ils se rendent visite chez l’un, chez l’autre, et ils passent de longues soirées à rire en se racontant des histoires.

Mais, un jour, pour se construire une nouvelle maison, la tortue va voir le cochon et lui demande de l’argent. Comme le cochon à cette époque est assez riche, il n’hésite pas à prêter à son amie tout l’argent nécessaire.

Mais, au bout de quelques mois, rencontrant des difficultés à se faire rembourser, le cochon finit par s’impatienter. En effet, chaque fois qu’il se rend chez son amie pour lui redemander son argent, la tortue, en le voyant arriver, court se cacher sous des feuilles dans le jardin. Et, chaque fois, le cochon trouve la porte fermée et la femme de la tortue, debout devant, qui lui dit :

– bonjour, cochon. Veux-tu voir mon mari ? Ah ! Ce n’est pas de chance. Il vient juste de sortir. Peux-tu revenir demain ? Ou la semaine prochaine ? Allez, au revoir, cochon, j’ai beaucoup de travail.

Fâché d’être toujours renvoyé, un jour, le cochon arrive silencieusement et sans prévenir au domicile de la tortue. Il est déjà devant la porte du jardin quand elle s’aperçoit soudain de sa présence. Trop tard ! Elle n’a plus le temps de se cacher et risque d’être découverte. Aussitôt elle dit à sa femme de la renverser sur le dos et de l’utiliser comme meule à râper le tabac.

Vous savez tous que la carapace de la tortue ressemble beaucoup à ces meules que l’on utilise dans certains villages pour râper le tabac.

Lorsque le cochon ouvre la porte du jardin, la femme de la tortue est tranquillement occupée à râper du tabac sur le ventre de son mari qui lui sert de meule.

Le cochon entre en poussant des grognements et regarde à droite, à gauche, dans le jardin.

– Où est ton mari, celui qui ne veut jamais payer ? demande le cochon d’une voix qui tremble de colère.

-N’insulte pas mon mari de la sorte, dit la femme. Tu seras bientôt payé. Mais tu commences à nous ennuyer. Mon mari est chez le médecin, il est très malade.

– Je suis sûr que tu mens ! En approchant d’ici, j’ai entendu sa voix. Ton mari est caché quelque part. C’est un voleur ! Si je le trouve, il passera un mauvais quart d’heure !

À ces mots, la femme de la tortue veut faire sortir le cochon du jardin. Elle le pousse si fort qu’elle le fait presque tomber. Furieux, celui-ci cherche à se venger : se saisissant de la meule qui est à ses pieds, il la jette dehors, loin derrière le mur du jardin. Voyant cela, la femme saute sur lui et le retient tout en le menaçant :

-Cochon ! Je te préviens :tu ne sortiras pas d’ici tant que tu ne m’auras pas rendu ma meule !

Pendant ce temps, la tortue s’est déjà relevée. S’appuyant sur une branche ramassée au bord de la route, elle entre par la porte du jardin. Apercevant le cochon en train de battre sa femme, la tortue essaye de séparer les combattants et, d’un air de ne rien y comprendre, s’adresse au cochon :

Qu’est-ce qu’il y a, camarade ? Je te dois un peu d’argent, c’est vrai. Mais ce n’est pas une raison pour frapper ma femme !

-Il m’a pris ma meule !crie la femme.

-Paix !oh !la paix !répond la tortue. Alors, s’il te plait, cochon, dans ce cas c’est très simple : rends-lui sa meule, et je te paie immédiatement.

Aussitôt, le cochon sort du jardin en courant et fait le tour à toute vitesse pour atteindre l’endroit où il croit avoir jeté la meule. Arrivé sur les lieux, il est très étonné de ne pas la trouver, il se met alors, nez au sol, à chercher de-ci, de-là…

Depuis ce temps, toujours en colère, sans perdre une minute et tour en grognant, le cochon ne cesse de fouiller partout, dans la brousse, les cours, les tas d’ordures, son seul but étant de retrouver assez vite la meule pour qu’on lui rende enfin son argent.

Source : Contes nigériens d’édition Hatier

Une réflexion au sujet de « Pourquoi le cochon fouille la terre (conte nigérien) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*