Réflexions après 3 formations en ligne

Depuis mon arrivée à Bombay, en septembre 2012, j’ai proposé 3 formations en ligne, 2 en 2013 et une en 2014.
64 inscrits pour la première, 45 pour la deuxième, 58 pour la troisième avec en moyenne 60% de participation réelle. Cela fait peu sur l’ensemble des professeurs de français de l’Inde, estimé à 10 voire 12 000.
D’une part, beaucoup de professeurs ne connaissent pas l’existence de la Salle des profs et sans doute parce que beaucoup de professeurs ont difficilement accès à l’internet et assez peu l’habitude des nouvelles technologies. Sans doute également que ce type de travail en ligne n’est pas très familier encore. D’autre part, l’idée que j’avais de, proposer une formation en ligne pour éviter aux professeurs de se déplacer, était est sans doute trop européano-centrée. De plus en plus cette idée se développe en occident, pour gagner du temps, faire plusieurs choses à la fois (travailler et étudier), devenir de plus en plus autonome, maîtriser de mieux en mieux les nouvelles technologies. Cette conviction a-t-elle pris sa place ici ou doit-elle encore progresser plus encore dans les esprits ?

Ce que j’ai pu observer

Une partie minoritaire des inscrits s’est «battue» avec la plateforme Edu20 avant de parvenir à en extraire les documents par manque d’habitude des nouvelles technologies. L’autre partie s’en est acquitté brillamment, ce qui démontre que cela est tout à fait possible. Pédagogiquement ensuite, la tendance majoritaire est de traiter le plus vite possible le document pour arriver le plus vite possible à la grammaire. La grammaire est un mal nécessaire, mais elle ne doit pas être prioritaire, mais secondaire ou tertiaire : d’abord traiter le document, le comprendre, aborder les aspects culturels, en parler, et ensuite, le vocabulaire et la grammaire.Les documents authentiques ont peu de place dans les travaux rendus et pourtant, aujourd’hui, avec l’internet, il y en a des milliers à notre disposition. Les professeurs qui ont suivi ces formations l’ont fait avec enthousiasme et énergie, et je les en remercie.

Quoi qu’il en soit, je ne peux qu’encourager les professeurs de français à s’auto-former en utilisant au mieux les ressources de l’internet et les fiches pédagogiques en place sur la Salle des profs.

En annexe, une petite liste des erreurs les plus fréquentes.

Une réflexion au sujet de « Réflexions après 3 formations en ligne »

  1. Bonjour,
    merci pour cet article sur les formations en lignes, car celles-ci se développent énormément depuis peu.

    On trouve en effet sur internet de plus en plus de MOOC (massive online open courses) ouverts à tous et gratuits.

    Quelques uns qui intéresseront particulièrement les profs de langues :

    http://evosessions.pbworks.com/w/page/71048680/Call_for_Participation2014 (c’est le programme 2014 mais il y en aura d’autres en 2015, inscriptions en janvier) : in english c’est plus facile!

    https://sites.google.com/site/mooctravaillerenfrancais/home (c’est terminé mais on apprend quand même des choses)

    http://www.ticmooc.net/ : ATTENTION DEBUT DANS 15 JOURS, INSCRIVEZ-VOUS VITE!

    Bonne rentrée!
    Christine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*