« Vapoter », « Selfie », les nouveaux mots du dictionnaire 2015

Nouveaux-mots-2015enteteIl y a quelques mois, la semaine de la langue française et de la Francophonie fêtait la créativité de la langue. Parmi les dix mots 2014 figuraient hurluberlu, zigzag ou encore s’enlivrer, ce néologisme créé par un élève de CM2. La langue évolue, tout comme le monde qui l’entoure. Les nouvelles technologies bouleversent le quotidien et la langue peine parfois à suivre nos pratiques. Comme chaque année, les dictionnaires révisent leurs éditions pour inclure les nouveaux termes qui sont apparus dans nos vies et qui ont résisté à l’épreuve du temps. En 2015, 150 nouveaux mots font ainsi leur entrée dans Le Larousse et Le Petit Robert parmi plus de 600 proposés.

Comment les nouvelles entrées sont-elles choisies ? Le choix est toujours cornélien. Carine Girac-Marinier, directrice du département Dictionnaires et Encyclopédies de Larousse, explique à l’AFP que deux critères sont déterminants pour l’entrée d’un mot dans la nouvelle édition : « Le critère quantitatif – plus un mot est populaire, ce qui est vérifié par le nombre d’occurrences notamment dans les médias – et le critère qualitatif : le terme doit coller à l’actualité mais doit aussi pouvoir durer. » Edouard Trouillez, 36 ans, titulaire d’un master de lexicographie à l’université de Lille et membre du comité de sélection des nouveaux mots du Petit Robert raconte également dans un entretien avec Culturebox : « La langue française appartient d’abord à ceux qui la parlent. Mais, bien sûr, tout est filtré, étudié, analysé par le comité avant d’avoir les honneurs du Robert. Pas question que le dictionnaire […] soit un fourre-tout d’expressions trop vite périmées. »

Anglicismes

Hashtag, comics, hipster font partie des heureux élus. Que penser de ces angliscismes ? La délégation générale à la langue française et aux langues de France planche régulièrement sur de nouveaux mots afin de mieux décrire le monde qui nous entoure, mais force est de constater que l’anglais est souvent plus prolixe, en particulier dans le domaine des nouvelles technologies. Gif, jpeg, hashtag, selfie, cyberattaque, MOOC… Alain Rey, conseiller éditorial aux éditions Le Robert, explique dans entretien accordé au Parisien qu’on « ne devrait pas parler d’anglicisme ou d’américanisme, mais de “californisme” car la plupart d’entre eux viennent de la côte ouest des Etats-Unis, en particulier de la Silicon Valley. »

Au Québec, le français se retrouve plus souvent menacé face à l’anglais, mais d’après Guy Bertrand, premier conseiller linguistique à Radio-Canada, « si l’emprunt vient combler un vide et sert à désigner une réalité qui n’est pas encore nommée, il est légitime. » Il continue en rappelant que « de nombreux mots anglais sont empruntés au français ».

Des jeunes prennent un Selfie avec François Hollande lors d'une visite

Des jeunes prennent un selfie avec François Hollande lors d’une visite

De nouvelles habitudes

Les nouveaux mots révèlent quelques changements de société. Ainsi, le fumeur de cigarette électronique devient un vapoteur ; Snowden (Edward) entre dans le dictionnaire des noms propres du Petit Robert et accompagne l’intronisation de lanceur d’alerte ; VTC désigne désormais aussi bien vélo tout chemin que véhicule de tourisme avec chauffeur ; si vous faites « preuve de responsabilité à l’égard de l’environnement », alors vous êtes écoresponsable ; écoutez votre patron ou vous risquez de vous prendre un scud (critique ou attaque acerbe, virulente) ; pour être heureux optez pour la zénitude.

A l’inverse, certaines habitudes pas si nouvelles trouvent enfin une place au sein des dictionnaires, ce qui permet au burger de s’inviter officiellement à table. De là à dire que les comités de sélection procrastinent (avoir tendance à remettre au lendemain), il n’y a qu’un pas que je ne franchirai pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *